J9 : “Nous ne sommes pas à notre place”

Marseille Consolat reçoit un promu ambitieux après un week-end de repos : le Grenoble Foot 38. Leader après quatre journées, les Grenoblois ont marqué le pas lors des quatre derniers matches avec deux nuls et deux défaites pour zéro but marqué. “C’est plus dur pour eux depuis un mois. A nous d’en profiter. Chacun ses problèmes dans ce championnat”, assure Marc Collat. L’entraîneur marseillais qui fait un bilan alors que l’on aura disputé le premier quart du championnat après ce match contre Grenoble.

Marseille Consolat : Quel est ton sentiment en regardant ces sept premiers matches ?
Marc Collat : Pour moi, nous ne sommes pas à notre place. Des faits de jeu nous ont privé de points importants. Je pense en premier lieu à la faute sur Maguette Diongue qui amène le but et l’égalisation de Lyon-Duchère à la dernière minute du match. On prend aussi deux buts en toute fin de match contre Avranches et Dunkerque. Sans proposer un meilleur contenu mais simplement sans ces faits de jeu qui souvent n’ont pas dépendu de nous, ça fait quatre points en plus. Et puis, au niveau de notre jeu, nous n’avons pas proposé ce que nous souhaitons ou imaginions après la préparation estivale.

Y-a-t-il eu un excès de confiance ?
Franchement je ne pense pas. Les matches amicaux avaient été très bons. On était confiant et on est allé à Dunkerque pour gagner (défaite 3-2, après avoir mené 2-1). On aurait peut-être dû être moins ambitieux. Mais tout ça c’est facile à dire après coup… Il ne faut pas oublier non plus que l’équipe a perdu des joueurs importants qui montrent en ce début de saison qu’ils avaient le niveau pour jouer en Ligue 2. (Umut Bozok à Nimes, Julien Lopez au Paris FC, Jules Mendy à Quevilly-Rouen, Max Hilaire à Chambly). Il faut un peu de temps pour que nos joueurs se mettent au niveau.

Et puis ces suspensions ont été difficiles à gérer ?
Il y a celles de l’année dernière qui ont déjà pesé. Et puis les quatre successives. Au final, nous n’avons jamais pu aligner la même équipe voire un onze type. On ne se cache derrière ça. Il y a aussi des choses que l’on a pas assez bien faite.

A quoi penses-tu ?
Il faut qu’on travaille notre gestion des fins de matches. Certaines fois, quand on ne peut pas gagner, il ne faut pas perdre. Si l’on mène, il faut savoir mettre le ballon au poteau de corner. Nous l’avons pas fait et ça a coûté des points. On doit aussi progresser sur les coups de pied arrêtés. En général, 25% à 35% des buts sont marqués sur coup de pied arrêtés. Nous n’en avons marqué aucun cette saison. On doit au moins être dans la moyenne du championnat. Mais je le répète sans des faits de jeu, nous avons 12 points et notre regard n’est pas le même. On ne sombre dans le pessimisme. On a fait ces constats et maintenant, on travaille pour s’améliorer. Comme le disait Eric (Chelle, entraîneur adjoint) à l’entraînement, l’année dernière nous avions quatre points à la même époque.