Histoire de Consolat

Consolat, une cité.

Le club se situe au coeur d’une cité de 4500 habitants placée face à la mer, précisément face à la Porte 4 du Grand Port Maritime de Marseille d’où débarquent plus d’un million de croisiéristes par an. Contrairement au parc Kallisté, la cité de Consolat a réussi à échapper à la ghettoïsation.

La cité constitue un véritable melting-pot sur un plan culturel où vivent dans une certaine convivialité d’anciennes familles marseillaises avec de nouvelles populations venues de divers horizons. Le secret de l’harmonie du quartier pourtant entouré par des cités où règne le dictat de la drogue réside en deux aspects principaux. Premièrement, il existe un centre social jouant un rôle primordial en contribuant notamment à l’intégration des habitants issus de l’immigration. Deuxièmement, il y a le club, le Groupe Sportif Consolat, qui a donné à son stade privé le nom d’un de ses enfants, José Anigo, dont une partie de la famille vit toujours à Consolat.

Le club promu en CFA.

jean-luc-mingallonLe club a été fondé en 1964 et compte aujourd’hui plus de 500 licenciés. En 1983, Jean-Luc Mingallon devient président du club et le demeure toujours. Entre 1997 et 1999, le club marseillais évolue en Division Supérieure Régionale Méditerranée avant de monter en Division d’Honneur Méditerranée lors de la saison 1999-2000. C’est à l’issue de la saison 2005-2006 que le club accède au CFA 2 suite à sa première place en Division d’Honneur Méditerranée. À l’issue de la saison 2010-2011 qui lui donne une deuxième place au classement général, Consolat est promu pour la première fois de son histoire en Championnat de France Amateur de football (CFA).

 

L’ambition d’être le deuxième club de Marseille.

logoIl a beau entamer sa 32e année en tant que président, Jean-Luc Mingallon n’en demeure pas moins attaché à son club. « Notre ambition est de devenir le deuxième club professionnel de Marseille » dixit Mingallon. Pour répondre à ses ambitions sportives, le club nécessite une aide financière permettant l’achat de joueurs, le financement des déplacements, l’encadrement et l’organisation des matchs, l’entretien du stade La Martine et la promotion du club. Au-delà des ambitions sportives, il s’agit de promouvoir les valeurs humaines fondamentales de la vie en collectivité et de générer un élan fédérateur positif dans les quartiers Nord de Marseille.

La France demeure le seul pays à ne pas disposer de deux clubs de Ligue 1 étant dans la même commune. Consolat est le deuxième club de Marseille, derrière l’OM. Son président a de l’ambition : il rêve de monter en National, puis en Ligue 2. « Créer un deuxième club professionnel à Marseille. Comme l’Atlético à Madrid, ou l’Espanyol à Barcelone. » Le premier objectif affiché en 2013-2014 était le maintien étant donné le budget du club (300 000 euros). Cependant, comme le montrent les dernières saisons du championnat de CFA, l’argent est loin de dicter le verdict final quant à la montée à l’étage supérieur. Après avoir mangé son pain noir durant l’hiver 2013, la formation drivée par le tandem Léon Galli et Didier Camizuli est sortie de sa boite en enchaînant trois victoires et un nul et a profité des faux-pas de ses adversaires à savoir Rodez et Grenoble pour venir se mêler à la course à la montée.

La montée en National, 50 ans après.

11229291_851046258264603_4766219934294075251_nLe 24 Mai 2014, suite à sa victoire 3-0 sur le terrain de l’AS Cannes, le club phocéen obtient sportivement le droit d’évoluer au troisième échelon national pour la première fois de son histoire. Une véritable surprise pour les hommes du tandem Galli-Camizuli dont l’objectif initial était de maintenir Consolat dans le championnat de CFA étant donné les faibles moyens du club.

Depuis la saison 2014/2015, le club des quartiers Nord de Marseille évolue dans le championnat de France de Football National…